Snam: résultats semestriels stables, perspectives de résultat net …

Le conseil d'administration de Snam, qui s'est réuni hier (29 juillet 2020) sous la présidence de Nicola Bedin, a approuvé le rapport financier semestriel consolidé au 30 juin 2020 (sous réserve d'un audit limité).

Marco Alverà, PDG de Snam, a commenté: «Les résultats du premier semestre 2020 sont en ligne avec ceux de la même période de 2020 et les prévisions de résultat net d'environ 1,1 milliard d'euros à la fin de l'année se confirment malgré les effets de la Covid, grâce à la réduction des charges financières, à la performance de nos filiales internationales et aux actions de maîtrise des coûts. Au cours de ces mois, nous n'avons jamais cessé de garantir notre service essentiel de sécurité énergétique, d'augmenter les investissements et de jeter les bases d'un redémarrage rapide. Déjà début juin, nous avons repris les opérations dans 100% de nos chantiers et nous visons d'ici la fin de l'année une reprise substantielle des retards dus au verrouillage. Dans le même temps, nous avons poursuivi notre expansion internationale avec l'entrée dans les réseaux d'Abou Dhabi et dynamisé la croissance de nouvelles activités avec les acquisitions dans l'efficacité énergétique et le biométhane et les accords et expérimentations dans l'hydrogène. Nous avons également renforcé notre engagement en faveur de la finance durable avec l'émission du premier Transition Bond. Notre objectif est d'accélérer le développement de Snam en contribuant à la revitalisation de l'économie et à la transition énergétique, au bénéfice de toutes nos parties prenantes et des territoires sur lesquels nous opérons ».

Faits marquants du premier semestre 2020

Revenus totaux Le chiffre d'affaires total s'élève à 1346 millions d'euros, soit une augmentation de 43 millions d'euros (+ 3,3%) par rapport au premier semestre 2020. Il est à noter qu'au 1er janvier 2020, les éléments de coûts compensés dans le chiffre d'affaires (éléments dits de relais), principalement attribuables à l'interconnexion, sont comptabilisés en diminution directe du chiffre d'affaires correspondant (25 millions d'euros au premier semestre 2020).

De manière cohérente, les valeurs relatives du premier semestre 2020 (29 millions d'euros) ont été retraitées. Le chiffre d'affaires régulé s'élève à 1 273 millions d'euros, soit une augmentation de 21 millions d'euros, égale à 1,7%, grâce notamment à la contribution du secteur des transports. Net des effets liés à la couverture des coûts énergétiques, le chiffre d'affaires régulé s'élève à 1 243 millions d'euros, en baisse de 9 millions d'euros, soit 0,7%. Les revenus plus élevés imputables principalement aux mécanismes de mise à jour tarifaire, liés notamment à l'augmentation de la BAR, ont été absorbés par la réduction des volumes transportés suite à l'urgence sanitaire du COVID-19, ainsi que par un climat plus doux par rapport à 2020. Le chiffre d'affaires des nouvelles activités augmente de 26 millions d'euros par rapport au premier semestre 2020 (+ 74,3%) grâce à la croissance des commandes d'usines de biogaz et de biométhane de la filiale IES Biogas, aux entreprises entrées en consolidation en fin de compte en 2020, au démarrage des activités de rénovation profonde dans le secteur résidentiel et de la vente de compresseurs pour la mobilité durable, ainsi que du développement des activités de Snam Global Solutions.

EBITDA ajusté (EBITDA ajusté) La marge brute opérationnelle ajustée du premier semestre 2020 s'élève à 1107 millions d'euros, sensiblement en ligne (-4 millions d'euros, soit 0,4%), par rapport à la valeur publiée correspondante du premier semestre 2020. Les revenus régulés les plus élevés, réunis les actions de réduction des coûts activées suite aux mesures de verrouillage ont été absorbées par les effets liés à la réduction des volumes de gaz transportés suite à l'urgence sanitaire du COVID-19 et à un climat plus doux en hiver (-15 millions euros par rapport à la même période de l’année précédente).

Résultat opérationnel ajusté (EBIT ajusté) Le résultat opérationnel ajusté du premier semestre 2020 s'élève à 733 millions d'euros, en baisse de 23 millions d'euros (-3,0%) par rapport à la valeur publiée correspondante du premier semestre 2020, principalement en raison de l'augmentation physiologique des amortissements (-19 millions d'euros, égal à 5,4%), suite à la mise en service des nouveaux actifs.

Charges financières nettes Les charges financières nettes s'élèvent à 67 millions d'euros, en baisse de 18 millions d'euros, soit 21,2%, par rapport au premier semestre 2020 grâce principalement à l'optimisation de la structure financière et de la gestion de la trésorerie et à la contribution apportée versement par le Prêt Actionnaire OLT, malgré un endettement moyen plus élevé de la période, principalement influencé par la mise de fonds pour l'acquisition de la participation contrôlée conjointement dans OLT, par le rachat d'actions ainsi que par l'absorption du fonds de roulement de la période.

Résultat net des investissements en actions Le résultat net des prises de participation s'élève à 110 millions d'euros, soit une baisse de 8 millions d'euros, soit 6,8%, par rapport au premier semestre 2020, suite à la moindre contribution de la filiale Teréga, qui au premier semestre de l'année dernière avait a bénéficié de revenus non récurrents et d'Interconnector UK qui, conformément aux prévisions, avait des engagements de capacité inférieurs au semestre par rapport à la même période de l'année dernière.

Bénéfice net ajusté Le résultat net ajusté du premier semestre 2020 s'élève à 578 millions d'euros, sensiblement en ligne (-3 millions d'euros; égal à 0,5%) par rapport au résultat net publié réalisé au premier semestre 2020 (581 millions d'euros) . La baisse du bénéfice avant impôt (-13 millions d'euros, égal à 1,6%), ainsi que les effets liés au bénéfice plus important ACE – Aide à la croissance économique réintroduit par la loi de finances 2020, ont généré une réduction des impôts de 10 millions d'euros, soit 4,8%. Snam rappelle que cette mesure, introduite par le décret-loi du 6 décembre 2011 n. 201 converti par la loi du 22 décembre 2011, n. 214 et les ajouts et modifications ultérieurs, a été abrogé avec la loi de finances 2020, a été rétabli par la loi de finances 2020 avec un taux réduit de 1,5% à 1,3%. Net des coûts émergents soumis à ajustement, l'impact global sur le résultat net du premier semestre 2020 lié aux effets du COVID-19 s'élève au total à environ 5 millions d'euros.

Investissements techniques Les investissements techniques au premier semestre 2020 se sont élevés à 457 millions d'euros (408 millions d'euros au premier semestre 2020), soit une augmentation de 49 millions d'euros, égale à 12,0%, malgré le ralentissement provoqué par le COVID-19.

Les investissements concernent principalement les secteurs du transport (388 millions d'euros contre 340 millions d'euros au premier semestre 2020) et du stockage de gaz naturel (43 millions d'euros contre 60 millions d'euros au premier semestre 2020). Sur la base des informations actuellement disponibles, une reprise substantielle est attendue, d'ici la fin de l'année, des retards par rapport aux investissements prévus pour 2020.

Flux de trésorerie Le positif cash flow net des activités opérationnelles (749 millions d'euros) ont permis de financer intégralement les investissements techniques nets de la période (nets des dettes d'investissement), à hauteur de 457 millions d'euros. En incluant la dépense liée à l'acquisition de la participation contrôlée conjointement dans OLT (334 millions d'euros, y compris les frais accessoires pour l'achat de la participation; 316 millions d'euros nets des remboursements de la période), le Free Cash Flow est négatif de 83 millions d'euros. L 'dette financière nette au 30 juin 2020, il s'établit à 12888 millions d'euros, enregistrant une augmentation de 965 millions d'euros par rapport au 31 décembre 2020 en grande partie du fait du versement aux actionnaires du dividende 2020 et de l'achat d'actions propres (881 millions d'euros au total ).

Évolution prévisible de la gestion En Italie, par décret de la présidence du Conseil des ministres (décret du Premier ministre) du 23 février 2020 et modifications ultérieures, des restrictions visant à contenir l'épidémiologie du COVID-19 ont été introduites et des mesures ont été identifiées pour freiner la propagation de la contagion, également par des limitations des activités de production , mobilité des personnes et socialité collective.

Snam, qui a pris des mesures de protection depuis le 21 février, s'est armé pour mettre en œuvre toutes les initiatives nécessaires pour protéger la sécurité de ses habitants, à la fois dans le respect des restrictions et en prenant des précautions supplémentaires. Depuis les débuts, Snam a sécurisé des salles de contrôle, des usines et des bureaux locaux pour garantir le fonctionnement normal du pays et la sécurité énergétique.

En particulier, l'envoi de San Donato Milanese, le cœur de l'infrastructure de Snam, a poursuivi les opérations normales même dans la phase la plus aiguë de l'urgence grâce à l'installation de logements dédiés et à la mise en œuvre d'un nouveau système de quart.

La présence physique a été réduite au strict minimum. En ce qui concerne les chantiers, les travaux non reportables ont été identifiés et toutes les mesures de précaution appropriées ont été prises. Depuis avril, les activités de chantier ont repris progressivement et à ce jour elles ont toutes redémarrées.

La société n'est actuellement pas en mesure de déterminer avec précision les impacts du COVID-19 sur 2020 et les années suivantes.

Cependant, sur la base des informations disponibles les plus récentes, également en raison de la nature des activités menées par Snam et des mesures de confinement rapidement adoptées par l'entreprise, des impacts limités sont attendus sur le plan économique et sur le programme d'investissement, proportionnels à la vitesse de reprise du Activités.

Les mêmes considérations s'appliquent en ce qui concerne les éventuels effets sur les initiatives de développement et les répercussions potentielles sur les fournisseurs ou les clients résultant du ralentissement des activités ainsi que du contexte macro-économique actuel consécutif au développement de la pandémie à l'échelle internationale, ainsi que pour les activités que le Groupe Snam exerce ses activités hors des frontières territoriales italiennes, notamment en France, en Autriche, en Grèce, en Albanie et au Royaume-Uni.

À l'heure actuelle, la croissance des nouvelles entreprises devrait ralentir.

La demande de gaz naturel en Italie au premier semestre s'établit à 36,06 milliards de mètres cubes, en baisse de 10,8% (-4,38 milliards de mètres cubes) par rapport à la même période de l'année précédente . La baisse est due, en plus des températures plus douces par rapport à la même période de l'année précédente, à l'impact du COVID-19, d'abord avec la fermeture de toutes les activités non essentielles (mars-avril) puis avec la lente reprise du production industrielle (mai-juin). Il est à noter que, sur la base du cadre réglementaire actuel, l'impact annuel maximum sur Snam est estimé à une baisse du chiffre d'affaires d'environ 9 millions d'euros liée à la composante matières premières. Dans le scénario actuel, l'entreprise continue d'exécuter le programme d'efficacité, qui a déjà permis d'économiser 55 millions d'euros par rapport à la base de coûts de 2016.

En ce qui concerne la structure financière, l'optimisation réalisée au cours des trois dernières années a conduit à une réduction significative du coût moyen de la dette brute (égal à 0,9% sur le semestre contre 1,2% sur la période correspondante de l'année dernière) et les activités de gestion des risques mises en place limitent les risques d'impacts négatifs du scénario de marché dégradé sur la gestion financière du Groupe. La direction de l'entreprise continuera à garantir une rémunération attractive et durable aux actionnaires, tout en maintenant une structure financière équilibrée.

Événements importants * Acquisition de 49% d'ADNOC Gas Pipelines réalisée en consortium avec cinq fonds internationaux Le 15 juillet, le consortium composé de Snam et des fonds d'investissement Global Infrastructure Partners (GIP), Brookfield Asset Management, GIC (le fonds souverain de Singapour), Ontario Teachers 'Pension Plan et NH Investment & Securities, à la suite de l'événement de toutes les conditions suspensives, a finalisé l'acquisition de 49% d'ADNOC Gas Pipeline Assets LLC (ADNOC Gas Pipelines) auprès de l'Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC), annoncée le 23 juin.

* Acquisitions dans la transition énergétique Le 7 mai, Snam, à travers la filiale Snam4Environment, a signé un accord avec Femogas visant à prendre une participation de 50% dans le capital social avec le droit de contrôle conjoint de Biomethane Initiatives, société opérant en Italie dans la gestion des usines. de biogaz et de biométhane alimentés en biomasse agricole. Le 10 juin, Snam a annoncé avoir signé des contrats avec Gemma S.r.l. via sa filiale Snam4Efficiency. et Fen Energia S.p.A. pour acquérir 70% de deux entreprises actives dans le secteur de l'efficacité énergétique en Italie, Mieci S.p.A. et Evolve S.r.l. L'opération permet à Snam de réaliser un développement structurel de son portefeuille d'activités et une amélioration conséquente de son positionnement concurrentiel dans cette activité. Les deux opérations devraient être achevées au troisième trimestre.

* Mobilité durable Cubogas, contrôlé par Snam4Mobility et spécialisé dans les solutions technologiques pour les stations-service GNC (gaz naturel comprimé), a remporté l'appel d'offres pour la construction d'un nouveau distributeur de gaz naturel pour bus organisé par la RATP, la société de transport public parisienne active dans toute la région Île-de-France.

La commande, d'un montant d'environ 1,4 million d'euros, prévoit la fourniture de trois compresseurs, de deux stockages supplémentaires de 45 cylindres chacun et d'autres accessoires pour la nouvelle station de ravitaillement de Nanterre, qui pourra ainsi alimenter en GNC environ 200 bus actifs dans la métropole parisienne. Le site de Nanterre, déjà dimensionné pour fournir un nombre croissant de bus à l'avenir, fait suite aux commandes confiées par la RATP à Cubogas après quelques mois pour deux autres sites proches de la capitale française.

L'opération permet à Snam de contribuer à la décarbonation des transports publics parisiens par une plus grande diffusion du gaz naturel en remplacement des carburants traditionnels et confirme la vocation internationale des activités de Cubogas.

* Testé avec Baker Hughes la première turbine à hydrogène "hybride" au monde pour un réseau de gaz Le 20 juillet, Baker Hughes et Snam ont annoncé l'achèvement des tests pour l'exploitation de la première turbine à hydrogène «hybride» au monde pour une infrastructure de transport de gaz naturel. Il s'agit d'un projet entièrement italien: la nouvelle turbine «NovaLT12», qui peut être alimentée avec un mélange jusqu'à 10% d'hydrogène et de gaz naturel (H2NG), a été développée et fabriquée dans notre pays dans les usines de Baker Hughes et sera installé d'ici 2021 dans l'usine de poussée Snam à Istrana (Trévise).

L'expérience a suivi quelques jours après le lancement de la stratégie hydrogène de la Commission européenne, selon laquelle d'ici 2030, l'Europe sera en mesure de produire au moins 40 GW d'hydrogène à partir de sources renouvelables et d'ici 2050 elle l'utilisera à grande échelle dans l'ensemble. secteurs difficiles à décarboner de manière alternative. L'objectif de la stratégie est de permettre le développement de l'hydrogène en tant que nouveau vecteur d'énergie propre pour aider à atteindre la neutralité climatique d'ici 2050.

* Obligation de transition Le 10 juin, Snam a conclu l'émission de son premier Transition Bond pour une valeur nominale de 500 millions d'euros, avec un coupon annuel de 0,75% et une échéance le 17 juin 2030. Par l'émission de l'Obligation de Transition, qui suit l'émission du Climate Action Bond de février 2020, Snam entend assurer l'alignement complet de la stratégie financière de l'entreprise avec la transition énergétique à travers ses objectifs de développement durable, ainsi que d'élargir encore sa base d'investisseurs.

* Urgence sanitaire COVID-19 Snam, également par l'intermédiaire de la Fondation Snam, a décidé de faire un don de 20 millions d'euros pour soutenir le système de santé italien et le tiers secteur dans la lutte contre l'urgence COVID-19. En outre, la campagne de financement «Let's shape the future», promue par les employés de Snam, s'est terminée le 11 mai. Dans le cadre de cette initiative, à laquelle a également contribué le PDG, Marco Alverà, plus de 10% des managers ont décidé de réduire leur RAL de pourcentages allant de 5% à 25%. Le montant total collecté sera doublé par Snam, pour un montant total de plus de 800 mille euros, et sera ensuite reversé aux sujets impliqués dans l'urgence sanitaire et identifiés en collaboration avec la Fondation Snam. Des transferts ont également été effectués pour plus de 60 milliers d'euros vers des entités externes, doublés par l'entreprise. Par ailleurs, plus de 250 jours de vacances ont été reversés à des tiers et salariés en difficulté et 4 000 heures de travail, grâce à la générosité de plus de 1 200 collaborateurs.

(GD – www.ftaonline.com)

Snam: résultats semestriels stables, perspectives de résultat net …
4.9 (98%) 32 votes